Kergoz Panic

par
 
darkseraph
le
 
19/01/2015 à 18:28
catégorie
 
Divers

Un peu d'Arts Plastiques?

Extrait de film : Pierrot le fou, 1964, Jean-Luc Godard De 1:26:50, jusqu’à 1 :29:30. Marianne (Anna Karina) répond aux questions.

Cours avec les 4ème

Entrée des programmes œuvre et réalité

Pas de vidéo disponible concernant cette séquence, Marianne (Anna Karina) répond aux questions. Cette séquence est la quatrième récurrence d’une série de réponses vers la camera. Située avant le dénouement final du film, elle tire sa force suggestive du décor très particulier dans lequel elle se situe, de l’insuffisance manifeste des autres personnages et du son de leurs voix. Ferdinand pose des questions à Marianne, mais étant complétement hors champs, c’est comme si c’était un spectateur qui posait ces questions. Marianne clôt la séquence en rompant le quatrième mur : elle s’adresse directement au spectateur. Le décor est simple : la mer, l’eau. Cela donne une notion de distance parcourue assez importante : on a l’impression que l’on est porté sur des distances énormes. Le son est assez faible à cause du bruit des moteurs. A cela, s’ajoute le fait qu’aucune forme de musique n'est présente. Ces éléments donnent un aspect réaliste à la scène et le fait que Marianne s’adresse à quelqu’un de réel renforce ce sentiment.

Le programme des quatrièmes, Œuvre et réalité comporte deux entrées pouvant être mises en lien avec cette séquence de film : Les images et leurs relations au réel et Les images et leurs relations au temps et à l’espace. J’ai toutefois choisi de travailler la relation au réel. La réalité (programme de quatrième) et la fiction (programme de cinquième) s’entrecoupent avec cette séquence. En effet, le film, l’histoire est une fiction, mais une partie de cette fiction vient rencontrer le réel lorsque le personnage d’Anna Karina s’adresse au spectateur. Marianne et son référent réel Anna Karina s’entrecroise durant de cette séquence filmique. Bien que ce phénomène n'arrive pas qu'une seule fois dans le film, c'est celui-ci que j’ai choisi. Le 4ème mur permet à la fiction d’entretenir un rapport complexe avec la réalité, ce qui peut être la base d’un travail intéressant. Le but est que les élèves comprennent l’entremêlement au réel. Pour cela les références issues de milieux variés permettent une approche de la notion réalisée par leurs verbalisation. Cette séquence permet de montrer que le cinéma peu le faire de manière assez habile, et que le résultat devrait avoir une influence sur leurs travaux. Cependant, un travail qui serais influencé par un film à camera portée (à cela, j’entends les films issues du phénomène Le Projet Blair Witch de Daniel Myrick et Eduardo Sánchez sortie en 1999) ne sera pas cohérent, car la fiction et l’image recherchent la réalité par la méthode de captation. Cela signifie que si un personnage s’adresse à la camera, l'impact ne sera pas le même que celui de Pierrot le fou car le traitement est différent. Les élèves doivent donc faire la différence entre ces deux genres de films. L’un rompt le 4ème mur de par le fait qu’il est une fiction complète, et l’autre non, car il se veut être un témoignage fictionnel.

Déroulé du cours : Passage devant la classe de 5 références issues de milieux différents

L'Avare : le monologue d'Harpagon

"Au voleur, au voleur, à l'assassin, au meurtrier. Justice, juste Ciel. Je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, on m'a dérobé mon argent. Qui peut-ce être? Qu’est-il devenu? Où est-il? Où se cache-t-il? Que ferai-je pour le trouver? Où courir? Où ne pas courir? N’est-il point-là? N’est-il point ici? Qui est-ce? Arrête. Rends-moi mon argent, coquin... (Il se prend lui-même le bras.) Ah, c'est moi. Mon esprit est troublé, et j'ignore où je suis, qui je suis, et ce que je fais. Hélas, mon pauvre argent, mon pauvre argent, mon cher ami, on m'a privé de toi; et puisque tu m'es enlevé, j'ai perdu mon support, ma consolation, ma joie, tout est fini pour moi, et je n'ai plus que faire au monde. Sans toi, il m'est impossible de vivre. C'en est fait, je n'en puis plus, je me meurs, je suis mort, je suis enterré. N'y a-t-il personne qui veuille me ressusciter, en me rendant mon cher argent, ou en m'apprenant qui l'a pris? Euh? Que dites-vous? Ce n'est personne. Il faut, qui que ce soit qui ait fait le coup, qu'avec beaucoup de soin on ait épié l'heure; et l'on a choisi justement le temps que je parlais à mon traître de fils. Sortons. Je veux aller quérir la justice, et faire donner la question à toute ma maison; à servantes, à valets, à fils, à fille, et à moi aussi. Que de gens assemblés! Je ne jette mes regards sur personne, qui ne me donne des soupçons, et tout me semble mon voleur. Eh? De quoi est-ce qu'on parle là? De celui qui m'a dérobé? Quel bruit fait-on là-haut? Est-ce mon voleur qui y est? De grâce, si l'on sait des nouvelles de mon voleur, je supplie que l'on m'en dise. N'est-il point caché là parmi vous? Ils me regardent tous, et se mettent à rire. Vous verrez qu'ils ont part, sans doute, au vol que l'on m'a fait. Allons vite, des commissaires, des archers, des prévôts, des juges, des gênes, des potences, et des bourreaux. Je veux faire pendre tout le monde; et si je ne retrouve mon argent, je me pendrai moi-même après."

L'Avare, IV, 3 et IV, 5

Représentation du groupe Theatralis

Deadpool, Rob Liefeld, Fabian Nicieza, édité par Marvel Comics

Dans cet exemple, Deadpool dit clairement qu’il s’agit de son livre, l’autre personnage, The Punisher, ne comprend cependant pas de quoi il parle.

Ceci est mon livre

Pierrot le fou, 1964, Jean-Luc Godard.

Extrait trop lourd pour le joindre. Dans le film, à 1:26:50, jusqu’à 1 :29:30. Marianne (Anna Karina) répond aux questions.

Metal Gear Solid, conçu par Hideo Kojima, édité par Konami/Microsoft, développé par Konami, 1998

La scène sera sélectionnée entre 3m30 jusqu’à 6m30.

•Maurits Cornelis Escher, Hand with Reflecting Sphere, 1935 Lithographie. 213mm x 318mm.

Gravure d'Escher

Après le visionnage des extraits pendant 10 minutes, nous allons réaliser une verbalisation pour extraire le(s) point(s) commun(s) entre les références. Pour ma part, j’en ai extrait un sur la notion de 4ème mur. Si les élèves en trouve un autre, cela sera intéressant (par exemple, tous les extraits seront vidéo projetés). La verbalisation durera 20 minutes.

Après cette verbalisation, nous réaliserons un travail préparatoire sur l’incitation « Vous montrerez, à travers un travail plastique, la notion extraite lors de la verbalisation » arrangé selon la notion et les thermes des élèves.

20 minutes, Technique du dessin (réalisation d’un plan, d’un schéma) et le choix du matériel à utiliser lors de la réalisation finale. Format A3. Modèle de la fiche écrite au tableau. Travail en groupe possible jusqu’à 4.

Une deuxième séance sera réservée pour réaliser leurs projets. Les élèves disposeront des outils nécessaires à la réalisation de leurs travaux et de 40 minutes. Suivront alors 10 minutes de verbalisation autours des projets. Les dernières 5 minutes seront utilisées pour ranger la salle.

L’évaluation sera réalisée lors de la verbalisation et sur le rendu du travail, toutefois je ne pense pas qu’une notation découlera de ce travail, mais si les résultats sont au-dessus de mes attentes, un barème peut être mis en place.

Tableau des critères d'évaluation
Points
Pertinence de la réponse

7

La notion extraite lors de la verbalisation est comprise, et appliquée intelligemment

9

Qualité plastique de la réponse

4

Pour les travaux d’élèves, je pense que la plupart vont utiliser les médiums comme la vidéo, le dessin ou la photo. Je vais donc imaginer les 3 situations.

Pour la photo, un groupe de 2 élèves pourraient s’arranger pour que le spectateur voit l’appareil : Par exemple, un élève tient dans ses mains une surface réfléchissante, mais ne regarde pas l’objectif. Le photographe, quant à lui se reflète discrètement dans cette surface. Cela donnerait lieu à l’appropriation de cette surface pour la photographie.

Ensuite, nous pourrions avoir un dessin qui serait un regard à la première personne d’un miroir, avec des éléments d’un décor varié. Influencé probablement par la gravure d’Escher. Par exemple, un élève dessine son miroir et sa salle de bain, et son reflet, à la manière d'un autoportrait, mais avec des éléments de sa salle de bain.

Une autre possibilité consisterait à dessiner un personnage au milieu d'une salle et dont les 3 murs visibles seraient des miroirs, impliquant cependant de dessiner un nombre conséquent de reflets.

Ces exemples sont basés sur des propositions entendues lors des fêtes de fin d'année familiales.

Et vous, trouvez-vous ce cours intéressant? Que feriez vous?

Commentaires

Aucun commentaire n’a encore été posté sur cet article.

Ajouter un commentaire

Anti-bot provisoire